Le bois un bon combustible pour une chaudière ?

À la fois économique et performant, le bois se différencie des sources d’énergie habituelles et arrive à séduire de plus en plus d’utilisateurs ayant compris son aspect convivial et chaleureux. Désireux de se chauffer d’une autre manière, les ménages commencent à opter pour le bois comme combustible pour une chaudière. Mais quels sont les véritables atouts de ce combustible ?

Comment se chauffer au bois ?

Actuellement, il existe une multitude d’appareils de chauffage au bois présents sur le marché. Le choix d’un appareil fonctionnant avec le bois dépend entièrement de son utilisation dans la maison, que ce soit pour une zone d’appoint ou d’autres options.

L’installation d’une chaudière à bois fait partie des investissements à privilégier quand une maison arrive à une taille considérable. Utilisant le même principe qu’un chauffage au fioul ou au gaz, la chaudière a aussi besoin de brûler le combustible pour alimenter le radiateur et offrir de la chaleur. La chaudière peut changer en fonction du type de bois ainsi que son mode d’alimentation, soit manuel ou bien automatique.

Quelles sont les différentes sortes de bois ?

Si se chauffer au bois paraît facile, le choix du combustible reste un vrai challenge parce qu’il joue un rôle important dans la performance de la chaudière. De plus, le type de bois peut avoir une certaine influence sur la facture de chauffage.

Les bûches traditionnelles

Les bûches traditionnelles vendues chez des professionnels restent les plus abordables sur le marché, malgré la variation du prix. On distingue deux sortes de bûches, les feuillus durs et les feuillus tendres et résineux. Concernant le chauffage, il est conseillé d’utiliser les feuillus durs, notamment le chêne à cause de sa densité.

Les plaquettes forestières

Formées à partir de bois déchiqueté, les plaquettes forestières ne mesurent que quelques centimètres. Les fabricants procèdent aux broyages des branches issues du taillage des forêts. Le taux d’humidité des plaquettes forestières reste plus important par rapport à ceux des bûches ou des granulés.

Le pellet

Le pellet est une autre façon de parler des granulés de bois sous forme de petits bâtonnets allant de 1 à 5 cm de longueur. Conçus avec des résidus de bois industriel comme les scieries, les granulés se différencient des autres formes par sa densité et son pouvoir calorifique. Souvent conditionnés dans des sacs ou livrés par un camion, les granulés ne reçoivent pas de colle durant leur compactage.

L’impact sur le plan financier

Contrairement au chauffage à fioul ou à gaz, le bois procure un énorme avantage dû à son coût assez faible. De plus, les autorités françaises ont mis en place une gestion raisonnable et efficace des forêts qui augmentent leurs surfaces de jour en jour. Avec cette alternative, le prix du bois est devenu assez compétitif dans le territoire français. Par contre, il faudra s’attarder sur le rapport entre la performance et le coût qui varie en fonction du combustible.

Au sujet d’une chaudière au bois déchiqueté, elle procure un coût de fonctionnement réduit de 2,7 euros pour 100 kWh d’énergie. La chaudière à bûche ne se trouve pas loin avec 3,6 euros pour 100 kWh. Enfin la chaudière à granulé reste la plus pratique et la plus chère dans le secteur parce qu’elle affiche 5,69 euros pour 100 kWh. Ainsi, on peut déduire que l’usage du bois est plus avantageux que les sources d’énergie comme l’électricité ou le gaz.

Les avantages du bois pour le chauffage

Étant donné que le bois rejette du gaz carbonique dans l’atmosphère, les chercheurs démontrent que son impact sur l’écosystème reste neutre. Il y a même ceux qui pensent que c’est positif, car l’exploitation forestière actuelle est toujours capable d’absorber une quantité importante de CO2. Mis à part les privilèges sur le plan économique, le bois possède un caractère qui diffuse de la chaleur homogène et douce, accompagné d’une odeur classée agréable.

Les personnes optant pour le bois en tant que combustible bénéficient également de quelques subventions telles l’ANAH, les primes énergies et le crédit d’impôt transition énergétique ou CITE. Chacune des subventions a pour objectif de réduire le montant sur la facture d’énergie. Il est important de préciser qu’investir dans une chaudière en bois réclame une bonne capacité financière. Cependant, sur le long terme, l’investisseur peut percevoir petit à petit la rentabilité de l’équipement installé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *