Une introduction aux enchères d’art

La vente aux enchères d’œuvres d’art est l’une des parties les plus séduisantes de la collection d’art pour de nombreuses personnes. À la fois marché le plus visible (avec ses gros titres et ses listes d’hôtes glamour) et le plus mystérieux (avec ses enchérisseurs et vendeurs secrets et ses murmures dans les coulisses), le monde des enchères peut sembler insondable. Il y a un langage à déchiffrer, des recherches à faire. Mais une fois que vous êtes au courant, une enchère peut être une façon amusante, excitante et satisfaisante de collectionner des œuvres d’art.

Tout d’abord, une brève histoire de la vente aux enchères

Pendant des siècles, les ventes aux enchères étaient le moyen par lequel l’art était échangé parmi l’élite de la société. Au cours des premières décennies des années 1900, une classe émergente de collectionneurs et de marchands a commencé à fréquenter des ventes aux enchères restreintes, des affaires privées auxquelles participaient principalement ceux qui comprenaient parfaitement le marché. Ils cherchaient du travail qu’ils pourraient acheter à bas prix dans le seul but de le revendre à un prix plus élevé. Ce n’est que dans les années 1970 que les ventes aux enchères sont entrées dans la conscience culturelle plus large et ont commencé à avoir un impact réel sur le marché de l’art contemporain.

Les années 80 ont été particulièrement propices aux ventes aux enchères d’œuvres d’art, coïncidant avec l’activité économique générale et la tendance des collections d’art à être perçues comme des symboles du statut de la hanche. Les grandes maisons de vente aux enchères ont liquidé le marché en cherchant activement à accroître leur clientèle et en organisant des ventes aux enchères.

La bulle a éclaté au début des années 90 et le marché de la vente aux enchères s’est effondré. Mais depuis lors, l’importance du marché et du prix des ventes n’a cessé d’augmenter. Les acteurs mondiaux – en particulier en Asie et au Moyen-Orient – sont aux commandes des enchères époustouflantes que vous verrez aujourd’hui, mais ce ne sont certainement pas tous des lots qui se vendent par millions. Un collectionneur débutant peut définitivement trouver sa place sur le marché des enchères.

Termes à connaître

Avant de commencer, il faut comprendre certains termes importants en matière de vente aux enchères. Voici quelques bases délivrés par le commissaire-priseur français Marc-Arthur Kohn :

Achats

Lorsqu’un lot n’a pas d’offre ou que les enchères ne sont pas assez élevées pour atteindre le prix de réserve, le lot n’est pas vendu et reste la propriété de son propriétaire.

Prime de l’acheteur

Un taux fixe qui est payé en plus du prix d’adjudication par l’acheteur.

Expéditeur

Le propriétaire de l’œuvre

Conditions de vente

Les conditions dans lesquelles l’expéditeur et la maison de vente aux enchères conviennent de vendre l’œuvre à l’acheteur.

Estimation

Avant une vente aux enchères, les experts déterminent une estimation basse et élevée de la valeur potentielle du travail vendu, en établissant une fourchette de valeurs. Ceci est inclus dans les informations mises à la disposition du public avant la vente aux enchères à titre de guide préliminaire.

Prix ​​d’adjudication

Le prix de vente de l’œuvre.

Lot

L’objet individuel, ou le groupe d’objets vu comme une seule unité, est mis aux enchères.

Provenance

Histoire de la propriété de la pièce, remontant idéalement à sa création. La provenance est un facteur très important pour déterminer la valeur de la pièce sur le marché des enchères.

Réserve (ou prix de réserve)

Le prix de réserve est le minimum convenu de manière confidentielle selon lequel l’expéditeur et la maison de vente aux enchères vendront une œuvre. Contrairement aux estimations, la réserve n’est jamais divulguée publiquement. Il doit être égal ou inférieur à l’estimation basse. Si les enchères s’arrêtent avant que la réserve soit atteinte, elles ne seront pas vendues.

Valorisation

Description détaillée du travail et de sa valeur. Ce n’est pas la même chose que l’estimation ou la réserve, et est utilisé principalement dans le traitement des dons de charité, de la planification successorale et de l’assurance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *