erreur médicale

Solliciter le service d’un avocat pour une erreur médicale à Alès

Les professionnels de la santé n’ont pas droit à l’erreur médicale dans leurs métiers. En effet, un diagnostic erroné ou une mauvaise manipulation d’un instrument lors d’une opération peut mener à un résultat catastrophique, voir le décès du patient.

Or, les erreurs existent et elles sont nombreuses chaque année. Dans le passé, les patients n’avaient pas le moyen de saisir le médecin en justice. En revanche, le système judiciaire a beaucoup évolué et il est maintenant possible de recourir au service d’un professionnel afin d’obtenir une indemnisation pour l’acte maladroit d’un professionnel médical.

Zoom sur l’erreur médicale

Une erreur médicale se définit comme une faute commise par un médecin lors de l’exercice de son métier. Elle figure parmi les conditions entraînant l’engagement de la responsabilité du professionnel. Cependant, toutes les fautes ne sont pas valides pour engager la responsabilité d’un médecin selon la loi datant du 4 mars 2002. Le professionnel de la santé ne peut pas être poursuivi en cas de dommage résultant d’une vaccination obligatoire ou de produits de santé défectueux. Une faute liée à une infection nosocomiale figure aussi parmi les exceptions. Une erreur médicale peut se manifester lors d’un diagnostic, d’une prise en charge ou encore lors d’un suivi du malade.

Malheureusement, la victime ne peut pas généralement démontrer que son docteur a commis une erreur. Seule l’intervention d’un autre professionnel peut mettre en évidence la faute. L’expertise d’un autre docteur peut se faire à l’amiable ou par voie judiciaire avec l’assistance d’un avocat erreur médicale Alès. L’avocat est indispensable durant toute la durée de la démarche judiciaire. Il accompagne le patient dans la récupération du dossier, la stratégie à adopter et dans la négociation avec l’entité responsable de l’indemnisation.

Les différents types d’erreurs médicales

Comme il est cité plus haut, un professionnel médical peut commettre plusieurs types d’erreurs médicales. D’abord, il y a la faute de diagnostic qui est une erreur d’appréciation du trouble médical. Le docteur se trompe lors de sa consultation. Une faute de diagnostic se traduit par exemple par un manque d’investigation sur l’état général du patient. Il peut s’agir aussi de l’absence d’une prescription médicale poussée pour une pathologie.

Ensuite, nous retrouvons la faute technique. L’erreur se produit durant l’intervention médicale. Le professionnel commet la faute lors d’un soin ou d’une opération chirurgicale. L’exemple le plus courant est l’oubli d’un instrument ou d’un objet dans l’abdomen du patient durant une opération. C’est un geste dangereux qui peut causer des complications graves, voir le décès du patient.

Enfin, il y a la faute d’information. Un docteur possède l’obligation d’informer et de conseiller son patient lors de la prise en charge. Cependant, il arrive que le professionnel manque à cette obligation et oublie de mentionner les risques potentiels d’une intervention. L’absence d’information suffisante lors d’une opération peut compromettre le médecin ou le chirurgien. Dans tous les cas, une expertise médicale sera toujours nécessaire afin d’évaluer l’implication du professionnel dans l’erreur. Le docteur expert s’appuie sur la littérature médicale et le dossier de la victime pour mener son enquête.

Voir aussi un avocat en droit médical et droit de la santé à Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *